Sélectionner une page

Les villes intelligentes

Entre fiction et réalité

Dans une quête vers un monde meilleur, les technologies sont notre nouveau terrain de recherche. Pourtant, bien avant les avancées technologiques, l’humanité était encline aux évolutions et imaginait déjà divers concepts de ville intelligentes. Sous ce vaste concept polysémique, considéré comme un marché en constante évolution, se cache de nombreux angles d’attaques qui préoccupes les villes à travers le monde entier: Économie, écologie, sécurité, transports, éducation, administration etc. autant de sujets qui fondent le bon fonctionnement de la ville et qui révolutionneront notre mode de vie.  


En d’autres termes, les villes intelligentes (Smart Cities en anglais) utilisent les technologies de la communication et de l’informations (On parle alors de TIC) afin d’améliorer la qualité des services urbains, d’en réduires les coûts et l’impact écologique. Sous d’autres angles, elles apportent une qualité de vie élevée, avec une gestion avisée des ressources naturelles, au moyen d’une gouvernance participative. 

D’un point de vue marketing, les smarts cities représentent un concept issu des grandes multinationales qui cherche à convaincre les villes d’accepter leurs produits en jouant sur le côté attrayant de tout ce qui prétend, d’après la technologie, être “smart”. 

Aujourd’hui, et depuis l’émergence des technologies, de nombreuses villes à travers le monde cherchent par tous les moyens à intégrer les technologies dans ce concept afin de concevoir des villes tant autonomes que pratique et selon les utopies, ouvertes à tous pour un confort de vie sans pareil.
L’implication dans ce domaine varie d’un pays à l’autre et parmi les projets les plus importants on retrouve certaines grandes villes d’Asie comme Dubaï ou Songdo qui se veulent modèle de villes intelligentes.  En effet, dès 2003, et sous les commandes de son sheikh, Dubaï s’est lancée dans la construction d’une ville intelligente, ultra-connectée où les nouvelles technologies permettent d’améliorer l’efficacité des services publics. En bref, Dubaï annonce haut et fort qu’elle deviendra la plus intelligente et la plus heureuse d’ici 2020.

À son échelle, l’Europe s’imprègne de ces grands modèles et intègre dans certains de ses quartiers divers innovations technologiques. On compte en France près de 20 quartiers intelligents partagés entre les grandes ville comme Lyon, Marseille et les plus plus petites comme Chartres. Malgré les apparences avant-gardiste, ces villes et quartiers ne sont pas sans failles et de nombreuses utopies sont à remettre en question. 

 

De fait, l’objectif de ce dossier est de réfléchir sur les limites entre la fiction et la réalité de ces villes futuristes, plus particulièrement à l’échelle de la France. Nous étudierons donc la position de la France, ses projets passés et futurs, mais aussi les failles de ses quartiers intelligents, avant de contextualiser spatio-temporellement ce concept. On poursuivra notre étude en développant les conséquences futurs. Enfin, nous conclurons ce dossier en proposant un regard critique sur quelques solutions que nous détaillerons afin d’en souligner une particulièrement.